REVUE DE PRESSE

Une découverte nocturne de la faune du Bois-d’Uzel – Saint-Aubin-du-Cormier

lundi 18 mars 2013


 rn_4078251_4_px_470_

Ci-dessus le groupe participant à la sortie nocturne, organisée par les élèves de BTS du CFA de la Lande de la Rencontre, à la recherche de tritons, salamandres. Photos prises par Élise Leroy, formatrice du CFA.

Reportage

Jeudi soir, Romain, Léo, Florian, Charles-Henri, Benjamin et Yann, élèves en alternance au CFA (Centre de formation des apprentis) de la Lande de la Rencontre, à Saint-Aubin-du-Cormier, ont organisé une découverte nocturne des animaux de la forêt.

« Nous tenions à ce que cette sortie soit ouverte à tous. Nous l’organisons dans le cadre de nos études en BTS gestion et protection de la nature (GPN). » Le but : faire découvrir la diversité de la faune de la forêt, et de nuit, à un public non initié.

Où sont les bécasses ?

Douze personnes ont répondu à l’invitation, surtout des Saint-Aubinais. Gabriel est le seul enfant présent. II accompagne son père, un chasseur passionné par les animaux. Mais pour la majorité, cette expérience est une première. « La chasse étant fermée, les animaux sont plus calmes » expliquent les organisateurs. Les directives sont données : « Nous allons former deux groupes et se diriger dans le bois privé d’Uzel, du sud vers le nord. » L’espoir est de croiser, entre autres, des bécasses. « C’est en Bretagne qu’il y en a le plus, mais avec les dernières intempéries, elles sont peut-être reparties vers les pays scandinaves. »

Les chemins très boueux sont parfois inondés ! Il n’est pas toujours aisé de marcher dans l’obscurité. Un groupe réveille accidentellement une grive musicienne.

Dans l’une des nombreuses flaques d’eau : un triton marbré femelle à la ligne dorsale orangée, un triton palmé, des larves de salamandres !

Des yeux dans l’obscurité

La clairière proche est labourée par des sabots de sangliers, des traces sont visibles sur le talus dénudé. En lisière du bois, hélas pas de bécasses !

Mais, grâce à l’éclairage d’un phare puissant, l’un des groupes surprend une dizaine de chevreuils, qui disparaissent aussi rapidement. Un peu plus loin, grosse émotion : deux yeux luisent dans l’obscurité… un renard ?

L’un des étudiants provoque le cri des chouettes par repasse (un cri enregistré) : une réponse, une autre, les hululements se multiplient, lointains et proches ! Ce sont des hulottes. Contrairement à ce que l’on peut croire, elles ne répondent pas mais marquent leur présence. Les groupes retourneront voir les tritons avant de terminer cette sympathique randonnée.