MELOE & ELISE

Voilà ! Elise arrive au CFA pour remplacer Delphine, nous apporte un méloé, et nous rappelle le plaisir de lire Jean-Henri Fabre :

« Ils sont là, dix, quinze ou davantage, à demi plongés dans la gorge des fleurons d’un même capitule ou dans leurs interstices; aussi faut-il une certaine attention pour les apercevoir, leur cachette étant d’autant plus efficace que la couleur ambrée de leur corps se confond avec la teinte jaune des fleurons. Si rien d’extraordinaire ne se passe sur la fleur, si un ébranlement subit n’annonce l’arrivée d’un hôte étranger, les méloés, totalement immobiles, ne donnent pas signe de vie ! À les voir plongés verticalement, la tête en bas, dans la gorge des fleurons, on pourrait croire qu’ils sont à la recherche de quelque humeur sucrée, leur nourriture; mais alors ils devraient passer plus fréquemment d’un fleuron à l’autre, ce qu’ils ne font pas, si ce n’est lorsque, après une alerte sans résultat, ils regagnent leurs cachettes et choisissent le point qui leur paraît le plus favorable. Leur immobilité est, disons-nous, complète ; mais rien n’est plus facile que d’éveiller leur activité en suspens. Avec un brin de paille, ébranlons légèrement une fleur de camomille : à l’instant les méloés quittent leurs cachettes, s’avancent en rayonnant de tous côtés sur les pétales blancs de la circonférence, et les parcourent d’un bout à l’autre avec toute la rapidité que permet l’exiguïté de leur taille. Arrivés au bout extrême des pétales, ils s’y fixent soit avec leurs appendices caudaux, soit peut-être avec une viscosité spéciale; et, le corps pendant en dehors, les six pattes libres, ils se livrent à des flexions en tous sens, ils s’étendent autant qu’ils le peuvent, comme s’ils s’efforçaient d’atteindre un but trop éloigné. Si rien ne se présente qu’ils puissent saisir, ils, regagnent le centre de la fleur après quelques vaines tentatives et reprennent bientôt leur immobilité ».

J.-H. Fabre, Souvenirs entomologiques.