Voyage à Beaufort, 2ème jour

Samuel et Bastien ont fait la traite. Ce matin, nous avons visité l’alpage du Plan Mya. Nous avons touché les tarentaises (380 litres de lait pour 75 vaches allaitantes) 29 génisses, 31 veaux, 23 de deux ans. Tous les vêlages en hiver. 0,75 euros le litre. Avantage rustique de la race.

Après-midi, visite du barrage et du lac de Roselend. Monsieur Robin a le vertige. Il n’était pas en groupe. Nous avons marché au col du pré. On est rentré au chalet. Nous avons vu le déplacement de la machine à traire.

Maxime.

Notes de Monsieur Robin :

– La visite de l’alpage a été commentée par Julien, qui finit ce soir sa quatrième année d’apprentissage ( CAP et Bac Pro) chez Monsieur Bochet. Merci à lui pour les explications et bonne route pour la suite…

– Maxime se moque de moi en écrivant que je « n’étais pas en groupe », puisqu’il a fallu lui redire plusieurs fois l’importance de rester ensemble sur les sentiers, notamment sur le sentier botanique du col du pré, où les apprentis se sont perdus, disons, volontairement.

– Samuel a mis son portable en mode avion, ce qui, selon lui, évite à l’appareil de rechercher sans arrêt le réseau, et d’économiser ainsi les batteries. L’expression « En mode avion » va faire florès pendant le séjour. Par extension, elle désignera bientôt la paresse intellectuelle ou toute attitude manifestant un léger fléchissement de l’activité cérébrale (Cf par exemple la seconde phrase du jour du résumé de la journée de jeudi, ou encore celle du mercredi).

– Le soir, fabrication de la faisselle avec Madame Bocher.

Phrase du jour :

Madame Bochet : « Demain, vous pouvez aller visiter l’église baroque de Hauteluce. »

Benjamin : « Oh, non ! Encore de la randonnée. »